Πέμπτη, 28 Μαρτίου 2013

FR. En Greece La Police Torture



Agressions, viols, bastonnades, usage de Taser, brûlures de cigarettes, humiliations, prélèvements génétiques obligatoires, même enlèvements d’élèves…

Les corps torturés, abusés, humiliés varient à chaque fois : manifestants, immigrés, détenus, personnes prostituées, même mineurs; dans la rue, en salle de détention ou en centres de rétention.


Les mains cependant, sont toujours les mêmes : celles de la police. 

La plupart de ces affaires ne sont pas officiellement dénoncées, ou un semblant d’enquête est mené laissant les responsables impunis.


Mais qui peut encore croire que ces mésactions sont des événements marginaux?


Pas même le ministère de l’Intérieur, qui n’a pas hésité à publier les photos des 4 anarchistes arrêtés à Kozani le 1 février, sur lesquelles trois d’entre eux sont défigurés suite aux violences subies. 

Après une enquête réalisée en interne, le ministère déclare officiellement que la violence exercée par la police était « légitime et nécessaire ».


De leur côté, les personnes arrêtées ont dénoncé, par l’intermédiaire de leurs avocats et de leurs familles, qu’ils sont restés pendant des heures attachés les coudes dans le dos, avec des capuches sur la tête, pendant que les policiers les battaient à tour de rôle! 
Les photos, pourtant visiblement trafiquées, n’ont pas pu (ou peut-être n’a-t-on pas voulu?) dissimuler l’horreur.


Les journaux télévisés ont diffusé ces photos sans commentaire.


C’est également sans commentaire qu’ils ont diffusé un autre cas flagrant de torture, commis au siège de la direction générale de la police, celui de 15 motocyclistes participant à une manifestation antifasciste, quelques mois auparavant, un cas qui a pris toute sa gravité lorsque les médias internationaux s’en sont emparés.

Plusieurs autres cas sont de même restés dans l’obscurité, comme celui de l’immigré torturé avec des pinces au commissariat de police d’Egaleo /Athènes, du mineur détenu à Amigdaleza/Attique qui a eu la rate éclatée suite à de violents coups, du viol avec matraque d’un autre immigré à la police portuaire de la Canée/Crète et plein d’autres.

En tant que citoyens de ce pays nous avons largement dépassé le stade de la simple inquiétude.
Désormais il est de notre devoir de parler, de déclarer publiquement que:

Nous ne devons pas permettre que la Grèce devienne un vaste Guantanamo.

Nous ne devons pas permettre le retour aux pratiques des régimes dictatoriaux.

La torture est un crime et comme tel, passible de sanctions légales.

Nous refusons de nous habituer à la médiatisation de ces pratiques horribles, et de céder à la peur du message terrorisant qu’elle envoie à toute une société .

Nous ne devons pas permettre cette barbarie ni tolérer son impunité.



Comité Grec Contre la Torture Policière

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου

Σημείωση: Μόνο ένα μέλος αυτού του ιστολογίου μπορεί να αναρτήσει σχόλιο.